mercredi 20 novembre 2013

Métaphysique des tubes Amélie Nothomb


Métaphysique des tubes

Présentation de l'éditeur : Jusqu’à deux ans et demi, Amélie se décrit comme un tube digestif, inerte et végétatif. Puis vient l’événement fondateur qui la fait chuter dans l’univers enfantin. Durant six mois s’ensuit la découverte du langage, des parents, des frères et sœurs, des nourrices japonaises, du jardin paradisiaque, des passions (le Japon et l’eau), des dégoûts (les carpes), des saisons, du temps. Tout ce qui, à partir de trois ans, constitue la personne humaine à jamais. Car à cet âge-là, tout est joué, le bonheur comme la tragédie… Tel est le message que nous envoie ce bébé à l’œil noir observant fixement le monde avec acuité. Une acuité doublée d’un sens de l’ironie à la fois amusée et désespérée qui fait la singularité d’Amélie Nothomb.
Le début :
Au commencement il n'y avait rien. Et ce rien n'était ni vide ni vague : il n'appelait rien d'autre que lui-même. Et Dieu vit que cela était bon. Pour rien au monde il n'eût créé quoi que ce fût. Le rien faisait mieux que lui convenir : il le comblait.

Mon petit mot:

L'envie de lire ce livre était née du reportage consacré en début d'automne au retour de l'auteure au Japon sur France 5 : 

 Amélie Nothomb, une vie entre deux eaux
Amélie Nothomb Une Vie entre deux Eaux par welcomtou

et je n'ai pas été déçue!

Tant pour l'évocation du Japon que pour le style, moi qui je l'avoue, n'avait encore rien lu de cette auteure, le temps de passer les premières pages et de m’immerger dans le style, je suis séduite.
Roman autobiographique consacré aux trois premières années de sa vie au Japon, le rapport au langage, à l'entourage, le sentiment d'être japonaise, l'eau, la noyade, le suicide, tant de pensées qui traversent ce livre avec un humour bien spécifique.

Lu en une soirée, avec des envies d'admirer quelques vues de jardins et étangs japonais pour en compléter la lecture... et en croquant du chocolat! 

Bref, une rencontre tardive, mais mieux vaut tard que jamais! Je continuerai à l'occasion l'exploration des livres d'Amélie Nothomb (en auriez-vous un à me conseiller tout particulièrement?)

L'auteure étant belge, une lecture pour le challenge voisins- voisines : 



10 commentaires:

  1. C'est un Nothomb que j'ai beaucoup aimé, comme ses livres d'ailleurs qui ont une veine autobiographique. Sur le Japon, dans les anciens, tu as aussi Stupeurs et Tremblements...

    RépondreSupprimer
  2. Mon préféré d'Amélie Nothomb je crois ! (et je crois les avoir tous lus mais chuuut) Si tu veux continuer de façon chronologique, tu peux lire Le Sabotage amoureux, quand elle quitte le Japon avec ses parents pour la Chine (contrainte et forcée), elle y fera notamment à l'âge de sept ans la découverte des sentiments de l'amour et de l'amitié...

    Sinon, dans les derniers, j'ai bien aimé Barbe Bleue.

    RépondreSupprimer
  3. Le sabotage amoureux j'ai beaucoup aimé aussi! Moins ses derniers je dois le reconnaître....

    RépondreSupprimer
  4. Ce fut mon premier Nothomb aussi, je l'avais bien aimé, tout comme Stupeur et tremblements. Je n'ai pas essayé de m'aventurer bien plus loin dans ses ouvrages, d'ailleurs je ne me souviens plus du/des titres que j'ai essayé de lire par la suite.

    RépondreSupprimer
  5. Les livres "autobiographiques" de Nothomb sont ceux que j'aime le moins. J'ai vraiment eu beaucoup de mal à les apprécier quand je les ai lus.

    RépondreSupprimer
  6. J'ai adoré cet Amélie Nothomb. Mon préféré ça reste quand même " le sabotage amoureux"

    RépondreSupprimer
  7. Je vais lire La nostalgie heureuse, pour une fois j'ai eu envie de relire du Nothomb, suite à cette émission aussi. J'ai lu cette Métaphysique... il y a longtemps !

    RépondreSupprimer
  8. parfait pour lire dans le train! Un aller-retour Paris Angers, m'a suffi pour terminer ce livre. Aucun souvenir particulier. La dame écrit bien. Sans plus

    RépondreSupprimer
  9. Je note le sabotage amoureux pour "dans un moment"!

    RépondreSupprimer

Comments system